La Gazette du DD n°11


Pourquoi manger moins de viande ?


Réduire sa consommation de viande, ce n'est pas facile ! Quel amateur de bonne chère n'est pas sensible à l'odeur envoûtante et à la texture tendre et moelleuse d'un filet mignon qui sort du grill ? Le simple fait d'écrire ces lignes nous donne l'eau à la bouche.

Mais saviez-vous que les avantages de manger moins de viande sont nombreux et qu'ils continuent de s'accumuler au fil des ans ? En s'attardant aux récentes études, y'a pas photo : végétaliser son alimentation est un must pour l'humanité !

Voyez pourquoi un tel virage est nécessaire, puis consultez nos 5 recettes faciles à faire pour y parvenir.


2 avantages de réduire votre consommation de viande


1. Un coup d'pouce pour l'environnement


Difficile d'ignorer le sujet (d'autant plus qu'il fait constamment les manchettes) : there is no planet B (il n'y a pas de planète B).

Or, au rythme où vont les choses, on dira plus tôt que prévu : il n'y a plus de planète A.

Des études récentes ont démontré que réduire sa consommation de viande donnerait un bon coup d'pouce à l'environnement. D'ailleurs, ce n'est même plus un « avantage » : c'est un impératif ! On DOIT manger moins de viande pour réduire l'impact environnemental causé par les besoins alimentaires d'une population mondiale grandissante (elle sera 10 milliards vers 2050 contre 7,5 milliards à l'heure actuelle).


La production de bœuf à elle seule contribue à 25 % des GES (gaz à effet de serre) provoqués par la production alimentaire dans le monde... ça fait mal !

Et à partir de là, l'équation est simple : une population globale grandissante = une demande en viande grandissante = une production de GES qui évolue au même rythme.


2. Un coup d'pouce pour votre santé


Dans les pays développés, les consommateurs de viande rouge abondent... tout comme les décès et les problèmes de santé liés à cette consommation.

Une étude publiée en 2019 tranche clairement : diminuer sa consommation de viande réduirait considérablement les décès liés aux régimes alimentaires (et permettrait donc d'éviter un nombre incalculable de morts inutiles chaque année).

La viande rouge est bourrée de cholestérol, de gras saturé et de fer. Et tout cela tend, lorsque consommé de façon non modérée, à favoriser les maladies cardiaques, le cancer du sein et le cancer colorectal.


Trucs pour réduire votre consommation de viande


Pour pallier ces problèmes, les solutions ne sont pas légion. Il faut végétaliser son alimentation. On peut, par exemple, :

- Manger plus d'insectes (pratique qui fait déjà partie de la routine alimentaire dans certaines parties du globe)

- Varier son alimentation (le flexitarisme, par exemple, autorise une consommation occasionnelle de viande tout en mettant de l'avant les avantages d'une alimentation végétale)

- Devenir végétarien/végane (et supprimer complètement la viande de son régime alimentaire)


Pour réduire votre consommation de viande, allez-y progressivement :

- Revoyez vos habitudes alimentaires

- Procédez une étape à la fois (vous ne deviendrez pas végétarien du jour au lendemain... donnez-vous une chance en diminuant progressivement le nombre de repas qui contiennent de la viande)

- Testez de nouvelles saveurs (qui vous dit que le chili sin carne n'est pas aussi bon que le chili con carne ?)

- Optez pour des lentilles et des haricots (à la fois délicieux et bourrés de protéines) comme substituts

- Définissez bien vos objectifs

- Réorganisez votre garde-manger, votre frigo et votre liste d'épicerie (pour éviter les tentations)

Les épluchures ça se cuisine ? Oui


Quand on parle de cuisiner les épluchures, il ne s’agit pas seulement des peaux qu’on coupe autour d’un fruit ou d’un légume avant de le manger. Les épluchures concernent en fait tout ce qu’on ne mange pas : les pépins, les cosses, les fanes, les tiges, etc.

Vous cherchez une bonne raison de manger vos épluchures ?


C’est dans la peau des fruits et des légumes que se concentrent les vitamines et les fibres. En jetant les pelures, on se prive donc d’une importante richesse nutritionnelle !

Pour la même raison, pour pouvoir utiliser les épluchures en cuisine, il est impératif de choisir des fruits et légumes bio : pas question de mettre des pesticides au menu. En cuisinant des épluchures, vous faites également un geste pour la planète, en réduisant vos déchets.


Épluchures : comment les préparer


La cuisine des épluchures demande du temps et souvent pas mal de préparations. C’est le moment de retrouver le plaisir de cuisiner en famille ou entre amis ! Avant de vous mettre aux fourneaux, pensez à laver et à brosser soigneusement les fruits et légumes que vous allez éplucher. Et, une fois le moment du dressage arrivé, soignez la présentation : ne négligez pas les épluchures dans l’assiette !


Recettes à base d’épluchures


L’une des recettes les plus simples pour utiliser les pelures est d’en faire des chips. Peaux de tomates et de pomme de terre, par exemple, se dégustent bien croustillantes à l’apéritif lorsqu’elles sont frites ou passées au four. Vous pouvez également utiliser les fanes, les tiges et les pelures pour parfumer vos bouillons et pour préparer des soupes à moindre coût. Enfin, sachez que les écorces de melon sont délicieuses en confiture et qu’on peut préparer une délicieuse liqueur avec des noyaux d’abricot.


Avec les peaux d’agrumes :


Les gourmands vont être servis ; les écorces d’oranges, clémentines et citrons découpées en bâtonnets se font confire dans un sirop de sucre ou chocolat fondu.

Réaliser une poudre d’agrumes en faisant sécher les pelures au four à 100°C (th 3/4) pendant 50 min. Les peaux doivent être craquelées. Passez-les ensuite au mixeur. Ces poudres serviront à parfumer gâteaux, crèmes, yaourts, infusions, salades, risottos ou encore du poisson.


Avec des peaux de bananes :


Une ou deux peaux de bananes suffisent pour préparer un cake parfumé.

Lavez les peaux, coupez les extrémités puis mixez-les finement avec un œuf. Incorporez cette mixture à la recette classique du cake.

Vous verrez, c’est un régal.

Petit plus : si vous n’avez plus de cirage, passez l’intérieur de la peau de banane sur vos souliers en cuir, ils seront nourris et brillants


Avec des épluchures de pommes & de poires :


Infusions : faites-les simplement sécher au four 5–10 min puis gardez-les dans un pot hermétique. Quand vous aurez envie d’une tisane, plongez les dans l’eau bouillante. Laissez infuser et régalez vous

Chips : ces savoureuses pelures peuvent être transformées en chips (voir ci-dessous)


Avec les épluchures de légumes :


Chips : Pratiquement la même méthode que pour les chips de pommes, mais avec des épluchures de carottes, courgettes, aubergines, panais ou pommes de terre. Une fois lavée, placez-les sur la plaque du four avec un peu de sel, d’herbes ou de curry. Faire cuire un quart d’heure à 150°

DIY : Lingettes démaquillantes


Les lingettes lavables fait-maison sont très économiques. Elles sont faciles à coudre et très écolo. Si vous êtes débutante en couture, nous vous encourageons à confectionner des lingettes démaquillantes. C’est un exercice simple, qui peut vous prendre moins de dix minutes (coupe et couture comprises) sans trop se prendre la tête.

Les lingettes lavables sont aussi utilisées pour nettoyer les fesses des nouveaux nés. Vous avez un bébé ou vous voulez faire un cadeau à une maman ? Comptez une dizaine de lingettes lavables par jour. En les cousant vous-même, vous ferez des économies car les lingettes jetables coûtent très chers. Si vous les utilisez pour vous démaquiller ou nettoyer votre visage, deux ou trois par jour devraient suffire. Pour les personnes avec des problèmes de peau spécifiques, demandez conseil à votre médecin.


Quel tissu pour faire des lingettes démaquillantes ?

Vous devez utiliser des tissus doux au toucher, non irritants pour la peau, bio si possible, ou certifiés oeko-tex, et surtout absorbants.

Les tissus micro éponge en coton sont très prisés pour la confection de couches lavables, de doudous, de serviettes hygiéniques ou de démaquillants. Ils ont le label GOTS et sont en coton 100% bio.

Les tissus éponge de bambou, viscose/polyester, certifiés oeko-tex, sont aussi très confortables et n’ont aucune substance nocive.

Le choix de vos matières est important. Les tissus micro éponge et éponge de bambou sèchent plus vite que le coton. L’utilité d’avoir une face en coton imprimé est aussi pour faire plus joli.

Vous pouvez donc alterner une face éponge et une face en coton bio ou coton certifié oeko-tex made in France. Les lingettes sont faciles à laver à la machine dans un sac filet pour ne pas les perdre. Ainsi, avec 50cm de tissu micro éponge, vous réaliserez une trentaine de lingettes. Vous pouvez utiliser différentes couleurs de chutes de tissu coton pour alterner vos lingettes. Lavez d’abord vos tissus avant de les coudre car le coton rétrécit beaucoup.


Réalisez vos lingettes démaquillantes en tissu

Pour couper vos tissus, il vous faut :

- Une règle de patchwork 15X60cm

- 1 stylo effaçable à l’eau ref prym ou bohin

- 1 couteau rotatif et une planche à découper (vous pouvez utiliser aussi un ciseau sans aucun problème)

- quelques pinces à tissus ou pinces à linges

- du fil

- et une machine à coudre


La coupe du tissu

Construisez deux carrés de 12,5x12,5cm de côté sur une feuille A4. Ce sera votre gabarit. La règle graduée transparente et le tapis de coupe gradué vous permettra de faire des carrés à angle droit sans aucune difficulté.

Il y a plusieurs façons de couper votre tissu.

En voici 2 :

1- Si vous avez plusieurs tissus, vous pouvez les mettre l'un sur l'autre, endroit face à vous. Posez les tissus sur un papier à décalquer et relevez le dessin du patron. Les traces apparaîtront sur l'envers pour la découpe. Vous n'avez plus qu'à couper au ciseau ou couteau rotatif en suivant les traces sur l'envers du papier calque.

2- Découpez votre gabarit. Placez-le sur les différents tissus coton. Vous pouvez d'abord tracer avec un crayon effaçable a l’eau, puis coupez les tissus à l'aide d'un couteau rotatif ou d'un grand ciseau. Faites de même sur les tissus micro éponge repliés.


Coudre ses lingettes démaquillantes à la machine.

Si vous êtes comme moi, vous allez préférer l’option à la machine. Elle prend plus de temps mais je trouve que la finition est plus jolie.

Placez le carré éponge et le carré coton endroit contre endroit. Fixez-les avec les pinces à tissus. Prévoyez de mettre le coloris de fil adapté pour le fil de canette et pour le fil supérieur.


Pourquoi faire ses propres lingettes lavables ?

Comme nous l’avons dit plus haut, faire ses propres lingettes est économique. De plus, cela fait un grand bienfait pour l’environnement. Cela peut être aussi une solution pratique pour offrir au pied levé un cadeau de naissance. Je vous encourage à faire aussi en même temps un sac pochon et une petite panière pour ranger les lingettes.

Pour mieux personnaliser vos créations, vous pouvez faire des angles arrondis en posant un verre ou un bol aux quatre angles. Dans ce cas, il faut cranter les arrondis sur l’envers avant de retourner. Cela vous prendra plus de temps mais le rendu est aussi très joli.

Vous pouvez aussi réduire les dimensions pour confectionner des coussinets d’allaitement ou des lingettes démaquillantes pour les yeux.

Nos conseils : On a toujours plein de chutes tissus coton découpés et non utilisés. Faites vos créations avec vos chutes. C’est une façon comme une autre de coudre avec zéro déchet.

BD : Et si …


Et si le monde d’après ne ressemblait pas au monde d’avant ?

Texte – Alternatiba

Illustration – Justine Thibault

La crise déclenchée par la pandémie mondiale du coronavirus a mis un coup de projecteur supplémentaire sur les dérives du système actuel, et la fragilité de nos sociétés. Et si on profitait de cette situation d’exception pour exiger que les cartes soient rebattues ?

Nous sommes à un carrefour. Nous pouvons décider de faire repartir la machine comme avant, tout en sachant pertinemment qu’elle continuera de provoquer les crises sanitaires, économiques, sociales et les catastrophes écologiques qui menacent de plus en plus gravement les conditions de vie civilisée sur Terre. Ou nous pouvons choisir la direction opposée : prendre dès à présent les mesures qui permettront la métamorphose de nos territoires et un changement radical du système, pour construire un monde basé sur la soutenabilité écologique et la justice sociale.

Alternatiba a proposé à 60 intellectuel/les et artistes de dessiner ce que pourrait être ce « monde d’après » si on choisissait cette voie de la métamorphose écologique et sociale.

Nourrir, voyager, habiter, partager les ressources, apprendre, échanger, consommer, vivre ensemble… pour chacune des 28 thématiques, un/e auteur/ice (écrivain/e, économiste, scientifique, acteur/ice de terrain) et un/e artiste ont proposé leur interprétation de ce que pourrait être « l’après ».

Ce recueil est une invitation à se projeter dès à présent dans un futur qui est loin d’être impossible : il renvoie ainsi vers tous les acteurs qui, dès aujourd’hui, sont en train d’en bâtir les contours. Chaque thématique est accompagnée d’une sélection d’actions très concrètes dont chacun/e peut s’emparer.

N’attendons pas demain pour développer les alternatives qui existent déjà aujourd’hui : c’est dès à présent que nous pouvons commencer à transformer la fiction en réalité !

QUIZ

https://forms.gle/Pj2JSpfkymBdLeEd8


63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout